Sanction positive pour galvaniser le personnel

Le CENADI célèbre l’excellence de son personnel

Un standing ovation par une haie de collègues en liesse, des Roll up aux effigies des heureux élus installés au hall d’entrée, du Champagne et des boissons hygiéniques le tout dans une ambiance festive et bon enfant, le CENADI a célébré le mardi 13 février 2024 ses personnels méritants.

Il s’agit de mesdames ADAMA BEBE et Linda EVE, de messieurs BELLO Fils et KOUL A ESSE Yves. Lesquels  ont passé avec brio leurs différentes certifications.

Les deux dames sont toutes certifiées en Project Management Professionnal (PMP). Aptitude qui va permettre d’assurer une meilleure conduite des projets informatiques aussi bien en interne qu’à l’externe quand on sait que  la mission principale du CENADI est d’accompagner les autres administrations dans le montage des projets informatiques et dans le suivi-évaluation des projets des centres informatiques.

M. BELLO Fils Bertrand quant à lui a obtenu  la certification  Kubernetes Administrator qui lui donne la capacité de manager les différentes offres que peuvent supporter le Z14 et dans un futur proche le Z16 et Linux One. Un atout indéniable dans un contexte où le CENADI, avec son infrastructure mainframe dotée de la plateforme de gestion des applications CLOUD NATIVE telles que RHOCP (Redhat Openshift Container Platform), ambitionne entre autre de devenir le provider en infrastructure avec des solutions basées sur les modèles du Cloud  Computing à savoir  IAAS (Infrastructure As A Service), PAAS (Plateforme As A Service) et SAAS (Software As A Service).

M. BELLO s’est également distingué en obtenant la certification « IBM Z and LinuxONE Community Advocate – 2023 (Level 2) », laquelle représente une reconnaissance significative pour les professionnels travaillant avec les systèmes IBM Z et LinuxONE. Elle peut apporter divers avantages à une entreprise, surtout si celle-ci a des ambitions dans le domaine des systèmes d’entreprise, de la blockchain, du cloud computing et de la sécurité des données.

Last but not the least, M. KOUL A ESSE Yves pour sa part est désormais titulaire de la certification CCNP ENTERPRISE. Cette certification est spécialisée dans la mise en œuvre des technologies de virtualisation et de sécurisation des réseaux d’entreprise ainsi que le routage avancé (mécanisme par lequel des chemins sont sélectionnés dans un réseau pour acheminer les données d’un expéditeur jusqu’à un ou plusieurs destinataires). Elle représente un niveau de sécurité supplémentaire au niveau des dispositifs réseaux lors des transferts des données dans les centres de données ou datacenters.  Son expertise sera requise en ce qui concerne les configurations et la sécurisation des équipements réseaux du CENADI, le transfert des données entre le CENADI et ses partenaires et la virtualisation de cet ensemble dans le futur au moment où le CENADI s’apprête à devenir un datacenter

Dans sa prise de parole au cours de cette cérémonie, Mme le directeur a rappelé que les certifications célébrées ce jour rentrent dans le cadre d’un projet dénommé «Un Cadre – Une Certification» lancé en 2020, et dont l’objectif principal est de renforcer les capacités et de valoriser les compétences du personnel  du CENADI,  afin de lui permettre de mieux remplir ses missions et de s’arrimer à l’évolution technologique.

A ceux qui n’ont pas adhéré au projet, Mme le directeur a tenu à rappeler que la certification est d’abord individuelle « C’est pour vous, pour vos carrières  avant d’être pour le CENADI » a-t-elle déclaré.

Avec ces promus, le CENADI est en droit de célébrer les premiers certifiés de l’administration camerounaise dans le domaine de l’informatique. « Il n’en existe pas ailleurs dans les Divisions des Systèmes d’Information (DSI) et les cellules informatiques…Ça n’a pas été évident du fait qu’on ne forme plus les certifiés dans l’administration camerounaise. De manière exceptionnelle, la hiérarchie nous l’accorde parce que nous avons le mainframe. Et nous devons donc le valoriser et non le cacher, marcher tête haute poitrine bombée » s’est félicitée Mme le directeur du CENADI.

Par la même occasion, elle a souhaité que ce succès fasse tache d’huile, que d’autres certifiés soient enregistrés parmi les « cenadiens » au regard des formations en cours.  Globalement, être certifié au mainframe et à la mise en place des projets informatiques doit être la porte d’entrée au CENADI. A l’inverse, dès que vous êtes du CENADI vous devez être certifiés dans ces domaines. Et c’est ce vers quoi le top mangement invite le personnel à aller.

En attendant les prochains certifiés, étant entendu que le planning d’examen de certifications PMP s’étend jusqu’en la deuxième moitié du mois de mars, une dizaine de personnels sont en formation en Administration Linus Professionnal Institute, d’autres à hélios, à Oracle et ….

Il est important de signaler que le CENADI étoffe sereinement son tissu de certifications, une  première cuvée de dix lauréats aux examens de certifications internationales IBM (Fundamentals on IBM Mainframe Systems) en août 2021 a été enregistrée.

roll-up-ngomna

Les enjambées de l’application nGOMNA deux mois après son lancement

L’application nGOMNA, l’un des nouveaux services développés et mis en service par le Centre National de Développement de l’Informatique (CENADI) fait son bonhomme de chemin dans les habitudes des usagers depuis le 23 août 2023, date de son lancement par communiqué du Ministre des Finances. Cette application, accessible dans un premier temps sur les plateformes Android (Play store) et puis  sur iOS (APPLE store), dispose à ce jour de 92506 comptes actifs pour plus de 120 000 téléchargements sur Android et 131 iOS.

Ce nombre a connu un pic, devenu viral, quelques heures après sa mise en service. nGOMNA a occupé la tête du podium des applications les plus téléchargées et les plus utilisées dans notre pays. Reléguant ainsi les applications des géants du web à l’instar de Zoom, Whatsapp, Microsoft, LinkedIn respectivement au second, troisième, quatrième et cinquième rang. Bien que stable aujourd’hui, ces téléchargements démontrent à suffisance l’intérêt porté par le public à cette application.

En effet, nGOMNA se veut être un portail ou une plateforme unifiée d’intégration des services dans la perspective du egov.  Ladite application ne se contente pas d’automatiser le processus d’obtention du bulletin de solde (avec option de téléchargement, de partage, de notifications en temps réel sur la position de solde, d’avancement) mais entend contribuer à l’amélioration du processus lié à la mise à disposition des bulletins de solde tout en limitant les voies de vente, en redonnant le droit de confidentialité et en facilitant l’édition du bulletin de solde. Elle permet également une haute disponibilité desdits bulletins tout en veillant à l’ergonomie dans l’obtention de ceux-ci. Elle assure enfin, un stockage des bulletins édités dans la mémoire du téléphone avec toutes les garanties de sécurité, de confidentialité et de confort.

Des dispositions spéciales ont été prises par le top management du CENADI pour recueillir les plaintes des utilisateurs sur trois canaux que sont l’email (app.contact@cenadi.cm) la plateforme support dédiée (www.cenadi.cm) et le téléphone (WhatsApp : 650 78 03 47 / 650 84 06 95). L’équipe de support travaille 24 heures sur 24 et gère les difficultés de tous les usagers. 

Le CENADI se projette en 2024 avec nGOMNA dans la finalisation de la notification des virements mensuels à chacun des personnels de l’État et l’intégration du projet de gestion de la taxe communale par le MINDDEVEL, de nGOMNA Messagerie, de nGOMNA comptage digital des personnels de l’Etat (CODPE)…

La pratique pour une meilleure compréhension

Le personnel du CENADI en formation pour la certification PMP

Vingt personnels du Centre National de Développement de l’Informatique (CENADI)  ont entamé depuis le lundi 25 septembre 2023 la formation sur l’ingénierie des projets dans les locaux du Cabinet bureau de représentation GMS Consulting Group à Yaoundé. Financée par le budget de la Commission de Bourses et Stages du ministère des finances, cette formation a pour objectif de doter davantage le CENADI de personnels certifiés en Project Management Professionnal (PMP). La formation qui s’étend sur une période de trois mois est repartie en deux phases : une phase présentielle de cinq jours et une phase de cours en ligne et de Coaching sanctionnée par l’examen de certification.

L’objectif de la première phase, décliné par M. Serges ECAM, facilitateur de cette formation, est de permettre aux participants de se familiariser avec les concepts, les approches, les méthodes en management des projets  de façon générale et de manière spécifique d’introduire la méthode du référentiel PMBOK qui est une méthode sur laquelle repose le contenu de l’examen du PMP.


Les différents modules d’enseignements portent entre autres sur :

  • L’alignement vision, stratégie et projet le but étant de comprendre l’alignement stratégique des projets afin de mieux intégrer l’importance du travail en mode projet qui permet de livrer le produit conformément au cahier de charge ;
  • La typologie des projets  notamment les projets entrepreneuriaux, les projets sociaux, les projets de développement, les projets publics et les projets organisationnels. Un accent particulier a été mis sur le cas des projets organisationnels qui sont déployés au sein d’une organisation pour elle-même ou pour un client et qui requièrent un minimum d’exigences allant de la gouvernance du projet à la compétence du chef de projet désigné en passant par l’approche méthodologique utilisée et le niveau de pouvoir et d’influence des parties prenantes.

Les enseignements ont porté également sur les différentes écoles (PMI, Prince2, ISO21502) et approches en management de projet (Prédictive, hybride, Agile,…). L’occasion a permis de définir les termes clés (projet, Programme, portefeuilles,..), d’identifier les contraintes du projet, le rôle du bureau de projet (PMO), de décrire les différentes structures organisationnelles et de différencier « cycle de vie » et « processus » d’un projet. Enfin, il s’est agi d’énoncer les causes d’échecs des projets, d’expliquer le management des projets selon le PMBOK et de faire une comparaison entre la PMBOK6 VS PMBOK 7 qui sont sommes toutes complémentaires.

Tous ces enseignements sont accompagnés de réflexion de groupe sur les aspects abordés, exercices pratiques (Quizz, qcm) ponctués  d’animation et de sociométrie.

La phase protocolaire de lancement de cette formation a été marquée, par le mot de bienvenue de la responsable du Cabinet bureau de représentation GMS Consulting Group-Yaoundé, Mme ETONDE Danielle épse MINKAD qui a présenté sa structure et rassurer les apprenants sur la qualité des formations offertes par son cabinet, l’expertise de ses formateurs, la grande expérience et la notoriété dont jouit son institution sur le  plan national et international.


Mme le directeur du CENADI, le Pr MVEH Chantal Marguerite, lors de son passage, a tenu à rappeler que le CENADI  a besoin des PMP dans le but de remplir aisément sa mission principale qui est d’accompagner les autres administrations dans le montage des projets informatiques et dans le suivi-évaluation des projets des centres informatiques. La promotion actuelle est la plus grande depuis environ 3 ans que le CENADI a entrepris la formation de son personnel. Les personnes retenues doivent de ce fait se sentir privilégiées et même redevables au regard des sacrifices consentis pour leur formation. Elle a recommandé aux uns et aux autres, assiduité, abnégation au travail et succès. La certification étant d’abord individuelle pour l’évolution des carrières avant de permettre au CENADI de capitaliser les connaissances acquises.

La première phase s’est achevée vendredi 29 avec la remise des attestations de participation avec comme challenge le suivi scrupuleux du programme d’étude de la phase pour un succès garantie.

ngomna-app (2)

L’application nGOMNA en pole position devant Whatsapp, Google, Facebook, Amazon!!

Depuis sa mise en service suite au communiqué du Ministre des Finances en date du 23 août 2023, soit moins d’une semaine, l’application “nGomna” développée et mise en service par le Centre National de Développement de l’Informatique (CENADI) comptabilise déjà près de 60 000 téléchargements sur la plateforme Google, soit une moyenne de près de 10 000 téléchargements par jour. Sans doute un record à battre au vu de la puissance de calcul nécessaire pour satisfaire une telle charge.

Fort de cette sollicitation exceptionnelle dont pouvaient se targuer exclusivement par le passé les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), il n’aura fallu en effet que deux jours pour que nGomna, devenue virale en quelques heures après sa mise en service, grimpe en force et occupe la tête du podium des applications les plus téléchargées et la plus utilisées dans notre pays. Reléguant les applications des géants du web à l’instar de zoom, whatsapp, microsoft, linkedin respectivement au second, troisième, quatrième et cinquième rang tel qu’illustré par ce lien.

Ce coup de maître du CENADI est d’une part lié à l’architecture de service de ladite application d’une part, mais d’autre part à l’hyperpuissance dont est capable son serveur mainframe IBM z14zR1, de la classe des calculateurs acquis par le Ministère des Finances en 2019 et qui avait permis de réduire significativement le temps nécessaire pour le calcul de la solde de l’Etat.

En ce qui concerne nGomna, des dispositions spéciales ont été prises par le top management du CENADI pour recueillir les plaintes des utilisateurs sur trois canaux que sont l’email, la plateforme support dédiée et le téléphone. A ce jour, nous enregistrons plus de 1000 requêtes provenant de ces différents canaux qui doivent être adressées pour faciliter le processus d’adoption de l’application.

Une équipe support aux opérations composée de 24 ingénieurs est mobilisée 24h/24 et 7j/ pour répondre et résoudre les différents problèmes qui nous parviennent. Une flotte en service illimité de SMS, appels téléphoniques et internet est mise à leur disposition.

Le CENADI travaille à plusieurs services digitaux donc une version iOS de nGomna en cours de finalisation, lesdits services seront progressivement rendus disponibles aux agents publics avec toutes les garanties de sécurité, de confidentialité et de confort dans le but de mieux les outiller aux défis d’un monde en perpétuelle mutation technologique, faisant ainsi de nGomna une marguerite de service digne de l’administration camerounaise.

accord sur la nécessité de numériser

Le CENADI vers une piste de numérisation de ses archives

Les archives du Centre National de Développement de l’Informatique ont reçu le 19 avril 2023, la visite d’une délégation conduite par le Dr Esther OLEMBE, enseignante à l’Ecole Supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ESSTIC), par ailleurs Directeur des Archives Nationales. Outre le Professeur Edouard VASSEUR et le Dr Emmanuelle BERMES, deux enseignants chercheurs de l’Ecole Nationale de Chartes de l’Université de Paris Sorbonne (ENC), la délégation était composée de quatre enseignants titulaires et associés ainsi que de deux étudiantes de l’ESSTIC.

Cette visite guidée du dispositif technique de stockage des données du CENADI a été précédée par une séance de travail qui a permis au Directeur du CENADI de présenter sa structure qui, en tant que bras séculier de l’Etat dans le domaine de l’informatique de service, est pionnier dans le stockage des données numériques. « C’est avec Antilope que nous sommes intéressants pour vous » a affirmé Mme le Directeur à ses hôtes. Depuis plusieurs décennies en effet, c’est cette application qui a accompagné le CENADI dans la Bande magnétique, la sauvegarde et l’impression des listings de toutes les opérations de sauvegarde.

examen des disquettes à numériser

Depuis sa création en 1988 en effet, a indiqué le Prof. MVEH Chantal Marguerite, le CENADI s’est fixé pour objectif d’héberger, stocker les données des agents de l’Etat de manière à permettre leur récupération, mieux à les restituer en temps voulu, 7/7 24h/24H. Tout a commencé avec les bandes magnétiques puis les disquettes et maintenant dans un mainframe à travers un logiciel qui s’adosse sur le classement physique. La technologie a évolué, faisant de la récupération des anciennes données stockées dans des supports archaïques pour leur archivage numérique, une préoccupation et un impératif capital.

IBM entend ainsi aider le CENADI à retrouver les vieux équipements pour lire ces bandes et autres disquettes afin de faciliter la numérisation des informations qu’elles contiennent. Pour ce faire, des pistes d’accompagnement d’une entreprise basée à Londres sont envisagées. En attendant, un travail de classement a commencé. Il laisse voir ces données rangées en salle machines dans des caisses et des armoires sous forme de bandes magnétiques et de disquettes.

Les échanges qui ont suivi cette présentation ont permis aux visiteurs d’exprimer leur intérêt à œuvrer dans la numérisation des données stockées au CENADI. Elle leur a permis également de  comprendre que jusque-là il y a eu une sorte de classement qui ne correspond pas aux canons de l’archivage avec notamment les problèmes de rupture dans les bandes qui rend difficile la lecture en continue de celles-ci. Le Dr OLEMBE n’a pas manqué de dire aux étudiants de la délégation qu’ils y avaient là de quoi s’occuper utilement « archivistiquement » parlant s’entend.

Cette visite au CENADI rentrait dans le cadre des activités connexes à la tenue, du 17 au 21 avril 2023 à Yaoundé, de l’atelier sur : « Archives et formations en archivistiques et ingénierie du document à l’ère du numérique » organisé  conjointement par l’ENC ET l’ESSTIC.

les avancées du processus de transformation digitale du Cameroun

Le CENADI en visite de travail au siège de IBM à NEW YORK

Le Directeur du Centre National de Développement de l’Informatique (CENADI), le Dr  Chantal Marguerite ABIA épse MVEH a conduit une mission auprès de la compangnie américaine IBM du 24 octobre au 1er  novembre 2022. L’objectif était de finaliser la feuille de route qui faisait l’objet de travaux depuis quelques mois avec des experts d’IBM, de renouer les relations avec le siège de IBM au vu des difficultés rencontrées avec son partenaire local CFAO Technologies et enfin d’entrevoir l’acquisition du prochain serveur Z IBM destiné au site de relève.

Faisaient partie de la délégation le Chef de la Division de l’Exploitation et des Logiciels, M. Epie Ngene Goddy et l’Architecte Système z/OS, M. Bello Fils Bertrand.

Le programme de ce séjour a été marqué par les visites sur site des installations de IBM auréolées de nombreuses présentations suivies d’échanges nourris. Que ce soit au siège IBM à Poughkeepsie ou à IBM Innovation Studio Alstor Place New York ou encore à IBM Taconic la délégation a apprécié le savoir-faire et les innovations de cette compagnie à travers la salle quantum computing d’IBM, l’intelligence artificielle appliquée à la conduite automobile, le deep learning, l’évolution du stack technologique depuis la découverte de l’ordinateur à ce jour et l’application de l’Intelligence Artificielle et de la robotique sur la plateforme maximo d’IBM. Ils ont visité l’unique site de fabrication, d’assemblage, de montage et de distribution des mainframes IBM Z dans le monde. où un bref historique des mainframes depuis la genèse à ce jour et où des tests poussés où les serveurs Z subissent des charges de traitement sans cesse croissantes dans des environnements de chaleurs élevées avoisinant les 36°.

Ce voyage a permis au Dr MVEH de présenter la perspective du client CENADI et les objectifs escomptés. Tout en remerciant l’équipe d’experts IBM qui a fait le déplacement de Yaoundé en février 2022 et qui a permis à l’équipe du CENADI de travailler sur une feuille de route et de montée en capacités sur plusieurs axes, Mme le directeur a rappelé que le Centre est client mainframe IBM depuis près de 45 ans. Il dispose à son actif une expérience cinquantenaire sur la technologie IBM. Il nourrit l’ambition de s’ériger en un Centre d’hébergement de données de l’Etat du Cameroun au vu des difficultés que rencontrent les administrations sectorielles en termes de charges OPEX , ce qui a pour conséquence la mise au rebut de certains projets IT prometteurs. Dans la même lancée, en soulignant la masse de données importantes dont dispose le Centre sur des supports obsolètes et non exploitables en l’État, le Dr MVEH a sollicité l’assistance d’IBM pour une extraction desdites données pour à la fois permettre à l’Etat d’avancer sur des affaires litigieuses ou contentieuses et pour disposer d’un socle d’informations propices à l’analytics et à l’intelligence artificielle destiné aux Universités d’Etat du Cameroun.

Pour clôturer son propos, le Directeur du CENADI a souligné que le choix d’IBM est un choix de raison dans la mesure où cette infrastructure a été le garant de la continuité des opérations même pendant les périodes tumultueuses de la vie de notre nation et cette résilience était l’argument qui justifiait l’orientation du Centre aujourd’hui à poursuivre avec des investissements importants sous l’impulsion du Ministre des Finances qui a aussi entrepris de former un personnel jeune sur lesdites technologies.

A la fois surprise et émue, la Vice-Présidente d’IBM  a affirmé que son entreprise était flattée de disposer d’un pareil retour d’expérience de la part d’une agence centrale d’un pays au sud du Sahara ayant une expérience de si longue date avec les technologies IBM.

Dans la même lancée, le Vice-Président, Strategy and Corporate Development d’IBM tout aussi surpris de la riche expérience du Cameroun sur les mainframes a affirmé que “les clients de la carrure du CENADI sont une véritable mine d’or pour l’entreprise. Leur retour d’expérience est vital pour les innovations subséquentes qu’IBM pourrait apporter aux mainframes”.

A sa suite M. Ray Newson, Principal Product Manager IBM Z Hardware strategy a reconnu que la trajectoire du Centre semble avoir été calquée sur la stratégie d’IBM qui entend désormais appuyer les entreprises pour les doter non seulement d’infrastructures résilientes mais hautement sécurisées dans un contexte de large adoption des technologies Cloud ou infonuagiques. Ainsi, IBM a affirmé clairement sa volonté entière d’appuyer le CENADI dans la restauration des données. Au préalable, le Centre devra effectuer l’inventaire de l’ensemble des supports de données pour permettre à leurs experts d’entamer les études visant leur restauration. Sur la question de l’amélioration du stack du CENADI pour en faire une plateforme agnostique aux différentes charges du gouvernement, M.Ray Newson a expliqué que l’acquisition de Redhat par IBM à hauteur de 44 milliards de dollars visait à doter les clients IBM d’une plateforme suffisamment ouverte tout en demeurant extrêmement sécurisée.

Round up des communications

Le séjour newyorkais de la délegation du CENADI a été meublé par des communications sur le savoir-faire de la compagnie IBM. Ainsi, l’équipe CENADI a été édifiée sur IBM zSystems Strategy & Overview, mais aussi  sur l’intelligence artificielle sur les systèmes IBM z, la sécurité sur IBM z, Linux sur IBM zSystems et efficience. La Modernisation des applications et la containerisation, les dernières innovations technologiques d’IBM, l’alignement sur les actions futures ont fait également partie de ces présentations.

            Mme Elpida Tzortzatos dans son exposé sur l’intelligence artificielle sur les systèmes IBM Z a présenté les différentes innovations de IBM. Puis elle s’est appuyée sur le cas du payroll au CENADI en expliquant l’apport que pourrait avoir l’Intelligence Artificielle (IA) dans la détection et la lutte contre la fraude avec comme prime la protection de la fortune de l’Etat. Elle a saisi cette occasion pour expliquer au CENADI comment réussir un usage intensif de l’Intelligence Artificielle sans toutefois dégrader la performance des processus traditionnels. A la question de savoir comment le Centre pourrait profiter des innovations pour accompagner les Universités d’Etat camerounaises. Etant entendu qu’aucune ne dispose d’un centre de calcul approprié. Et que seul le CENADI possède des machines en mesure de rivaliser avec les calculateurs, Mme Elpida Tzotzatos a réitéré la volonté d’IBM d’appuyer le Centre en s’assurant que chaque strate de la solution est rendue accessible pour faire des utilisateurs des experts en Intelligence Artificielle et non simplement les utilisateurs comme c’est le cas avec les structures et agences de l’Etat qui hébergent des données à l’instar du CENADI.

 Au cours de la présentation sur la sécurité des systèmes IBM z, M. Jonathan Bradbury a rappelé que le mainframe est aujourd’hui l’une des machines les plus sécurisées sinon la plus sécurisée qui existe et qui héberge plus de 70% des loads critiques dans le monde du fait de sa résilience sécuritaire. Malgré les avancées technologiques exponentielles, a-t-il ajouté, IBM s’est toujours assuré que la sécurité ne fait l’objet d’aucun compromis dans la mesure où il bénéficie de la confiance des Etats et des industries parmi les plus critiques et sensibles.

Il a toutefois relevé la menace structurelle qui pèse sur l’ensemble des hébergeurs des données dans le monde face à la montée fulgurante de l’informatique quantique. En effet, et dans la stratégie d’IBM, d’ici une dizaine d’années les calculs quantiques deviendront monnaie courante. Ce qui signifie que  les données sensibles aujourd’hui indéchiffrables des Agences et des entreprises pourraient être déchiffrées à n’importe quel bout du monde. A ce jour, a-t-il rassuré IBM est la seule entreprise à mettre sur le marché les serveurs quantiques-safe. Le CENADI qui envisage s’offrir un nouveau serveur z pour les opérations de son site de relève devrait absolument comprendre et cerner les nouveaux défis ainsi que les enjeux qui seront ceux des Etats qui veulent garantir l’intangibilité de leurs données. 

Les échanges avec les experts du panel d’IBM ont permis aux Ingénieurs du Centre de comprendre la tendance actuelle où des entreprises d’un nouveau genre en ‘sniffant’ les paquets réseaux sur les communications sans fil et les fibres optiques sous-marines se constituent un patrimoine de données cryptées appartenant à des tiers et qui le moment venu seront déchiffrées et serviront soient à faire du chantage ou à pirater des systèmes qui sont aujourd’hui complètement étanches et inviolables d’un point de vue sécuritaire. Pour un pays comme le nôtre, cela reviendrait à pouvoir lire en clair les données des communications téléphoniques cryptées des services de renseignement ou de décrypter la base de données biométrique de la Police camerounaise, ce qui reviendrait à entrer en possession avec le patrimoine identitaire de tout un pays.

Pour finir, il a invité le CENADI en sa qualité d’Agence Nationale Étatique à prendre au sérieux une telle menace et à jouer les évangélistes de la technologie quantum auprès des structures sensibles du pays à l’effet d’être un précurseur de l’évolution technologique et non une victime.

 La présentation de Nada Santiago quant à elle a porté sur Linux One Hardware Offering Manager. En substance, il ressort qu’aujourd’hui grâce aux serveurs Linux One, les entreprises sont en mesure de consolider au sein des serveurs mainframes les loads qui auraient autrement sollicité plusieurs formes de serveurs réparties dans des espaces 8 fois plus grands qu’un serveur Linux One classique. Cette concentration de la puissance de calcul permet de réduire non seulement l’empreinte carbone, mais aussi et surtout entraîne une réduction significative de la consommation électrique. Rendue à une Agence nationale comme la nôtre, c’est plusieurs administrations qui pourraient voir leurs données hébergées au sein d’un même serveur avec des réductions significatives en termes de CAPEX et OPEX.

Le but de la présentation portant sur la modernisation et la containerisation des applications faite par M. Nathan Dotson, Principal Product Manager, IBM zNext Systems (en sa qualité de Chef de Projet serveurs IBM z next generation qui sortiront vers 2027 soit plus de cinq (05) ans après la sortie du tout dernier IBM z16 ) et Matt Mondics, Technical Sales Enablement Specialist – Hybrid Cloud on Z avait pour objectif de collecter les attentes des clients sur ce qui pourrait être digne d’intérêts dans les prochains serveurs IBM tout en donnant au client de solides garanties sur l’avantage compétitif et technologique des serveurs IBM z et de la technologie IBM.

L’exposé futuriste annonçant les mutations au sein du stack d’IBM a permi au CENADI d’envisager l’avenir tel que projeté par IBM et la transition technologique entre les architectures traditionnelles hétérogènes et leurs consolidations au sein de ce qu’IBM a baptisé le ‘Single Integrated Fabric’.

En d’autres termes et selon Nathan Dotson, les prochains serveurs auront la capacité d’assurer concomitamment et simultanément toutes les opérations d’hébergement et de colocation de manière agnostique, la modernisation avec la transition vers les loads dit “cloud native”, l’intégration et l’automation des environnements z/Os et systèmes ouverts avec la technologie dit du Cloud hybrid, les fortes capacités de calculs, de transmission et de résilience, l’intelligence artificielle et l’analyse des données en temps réel pour la prise de décision et l’hyperledger fabric qui est le précurseur des technologies dites de la blockchain.

Matt Mondics quant à lui dans le déroulé de sa présentation a fait la lumière sur la containerisation des applications qui est un pan important de la stratégie de modernisation du CENADI. A l’aide de cas pratiques, il a illustrer l’aisance de déployer au travers d’Openshift n’importe quelle application sans réellement se soucier de plusieurs préalables qui aujourd’hui incapacitent le CENADI à accueillir des dizaines de loads d’autres administrations alors qu’il dispose de la puissance de calcul nécessaire.

C’est avec beaucoup d’intérêts que la délégation du CENADI a suivi la communication sur la cryptomonnaie, phénomène actuel qui fait des émules. Avec une emphase sur les cas pratiques pilotés directement par IBM auprès des pays et de certaines grandes firmes, la présentation de Saket Sinha, Senior Partner and Global Vice-President, Financial Services of IBM portant sur le consulting IBM sur les aspects attenants à la gestion et le contrôle des assets dits digitaux (crypto-monnaies, crypto-assets…etc) des Agences Gouvernementales (comme le CENADI) a ouvert de nombreux horizons. En attendant que le sceau de la confidentialité soit levé sur les travaux menés et dont le caractère innovateur des solutions est impressionnant, Saket Sinha a fait savoir globalement que la nature des assets digitaux actuellement entretenus dans le portefeuille de solution d’IBM concerne la banque de détails, la banque d’investissements, le secteur de l’assurance, la trésorerie d’entreprise, les cartes et moyens de paiements des crypto-assets, la gestion des fonds alternatifs, les pensions de reversions, etc.

Certains pays expérimentent actuellement sur une plateforme IBM soit un projet de Banque de détails avec HSBC soit la possibilité d’émettre des crypto-assets directement auprès des Banques commerciales. La plupart des technologies utilisées tournent sur les infrastructures de la classe de celle dont dispose le CENADI. Ce qui lui confère un réel avantage si des simulations devraient être effectuées.

Au terme de sa présentation, Saket Sinha a proposé au CENADI de partir sur un modèle de hackathon avec un cas pratique de cross-border payment avec un pays comme le Nigeria qui dispose déjà d’une crypto-monnaie de banque centrale. Cette démarche affirme-t-il aura le mérite de permettre aux parties prenantes de l’écosystème financier du Cameroun de comprendre les enjeux et les bénéfices découlant à être un pionnier sur un secteur qui s’annonce être le plus disruptif pour les 20 prochaines années avec des effets potentiellement dévastateurs pour les Etats qui ne seront pas équipés à le comprendre ou à en faire face.

En termes de perspectives

Le Vice-Président, Strategy and Corporate Development d’IBM au cours des échanges a évoqué les axes d’intérêts que le CENADI pourrait explorer pour impulser la stratégie de la transformation digitale de l’Etat du Cameroun.  Son approche préconise un fort accent par le Centre sur l’innovation technologique; le focus client; la création de nouveaux écosystèmes et la soutenabilité de l’initiative. Sur la base de statistiques qui ont prévalu chez plusieurs autres clients de multinationale ou de pays, il a fourni au CENADI une démarche arpentée de quick wins monétisable.

Pour lui, il existe trois défis majeurs à surmonter par le Centre au rang desquels procéder à l’hébergement d’applications hétérogènes, ce qui justifie la cloudisation du stack logiciel du Centre. Ensuite, faire appel à l’analytics et à l’intelligence artificielle pour faciliter la prise de décision sur les données hébergées par le Centre et pour les administrations sectorielles concernées. Et enfin, réaliser la virtualisation et l’automation pour réduire les charges opérationnelles du Centre et adresser la soutenabilité.

Il a réitéré à Mme le Directeur du CENADI la disponibilité de son équipe de Consulting à appuyer le Centre dans sa montée en capacités et la convergence de son expertise pour s’ériger en un Centre d’excellence vitale pour la transformation digitale et numérique du Cameroun.

Le séjour de la délégation du CENADI a été riche et les échanges fructueux. Dans ses bagages, l’équipe a obtenu de IBM l’assurance de:

  • La formation des cadres du CENADI aux USA à zéro frais;
  • Le suivi et la mise en exécution des chantiers en mode d’expérimentation;
  • L’assistance technique des USA sur les déploiements des solutions innovantes portant sur le Cloud privé;
  • L’assistance technique, organisationnelle et même juridique à la demande si le Cameroun venait à envisager la mise sur pied d’un hackathon pour explorer la faisabilité d’un cross-border payment en crypto-monnaie avec le Nigeria;
  • Une assistance directe dans le dimensionnement et la construction du prochain serveur IBM Z destiné au site de relève;
  • Une assistance dans le récupération et la restauration de l’ensemble des données du Centre stockées dans des supports obsolètes.
le schéma directeur se profile à l'horizon

Elaboration d’un schéma directeur des systèmes d’information : Les personnels du CENADI et de la DSI mieux outillés

Du 05 au 09 décembre 2022, à l’Hôtel United de Mbankomo, une quarantaine de participants venus de la Division des Systèmes d’Informatiques (DSI/MINFI) et du Centre National de développement de l’Informatique (CENADI) ont pris part à une formation portant sur l’élaboration d’un schéma directeur des systèmes d’information. Une formation qui s’inscrit dans la continuité du programme de renforcement des capacités engagé par le Ministère des Finances à travers le CENADI.

          Dans son mot d’ouverture, le Directeur du CENADI, le Dr Chantal Marguerite ABIA épse MVEH a, à toutes fins utiles, indiqué que « le schéma directeur informatique est une étape majeure pour la définition, la formalisation, la mise en place ou l’actualisation d’un système d’information. Son élaboration résulte généralement d’une démarche projet censée offrir une vue globale de l’état actuel du système, une spécification des besoins et la définition des orientations à prendre. C’est dire qu’il résulte d’une démarche anticipatrice et normative. Outre la planification des actions, le schéma directeur doit déboucher sur une évaluation d’un budget associé pour ce faire ».

Il constitue a-t-elle poursuivit « l’étape fondatrice du cycle de vie d’un système informatique dont l’enjeu majeur consiste à favoriser le développement et la rentabilité de l’exercice des métiers concernés, au prix d’un investissement raisonné d’accompagnement ».

Ladite formation a-t-elle conclut « a pour ambition de faire non seulement un état des lieux de l’existant dans le domaine des SI mais aussi et surtout de construire un portefeuille de projets à mettre en œuvre selon la vision définie,  de définir et planifier la mise en œuvre d’actions assurant la pérennisation des acquis. »

         La formation était assurée par les experts certifiés du Cabinet VORTEX NETWORK SOLUTIONS. Pendant cinq jours, les communications ont portées sur les données de base sur les systèmes d’information ; le schéma directeur des SI : Vecteur de la performance de l’organisation ; les différents types de schéma directeurs ; les principales méthodes d’élaboration de schémas directeurs des SI ; les bonnes pratiques dans l’élaboration d’un schéma directeur des SI ; le plan de mise en œuvre d’un schéma directeur des SI ; le plan de mise en œuvre d’un schéma directeur des SI ; la veille technologique ; la validation d’un schéma directeur des SI.

 A travers les exercices notamment d’analyse SWOT et PESTEL, de rédaction de résumé opérationnels des entités choisis lors de cette formation, les apprenants ont mesuré la pertinence et l’importance de ces notions pour une organisation.

En effet, l’analyse SWOT est un outil d’analyse stratégique qui a pour but d’établir un
diagnostic d’ensemble de la situation actuelle d’une entreprise, d’une partie
de celle-ci ou d’un projet. Elle permet de savoir quel levier ou quelle stratégie
actionner pour atteindre un but. L’analyse PESTEL quant à elle permet de surveiller
les risques et les opportunités que pourraient rencontrer l’entreprise et son
marché. Sa particularité réside dans sa vision globale de
l’environnement. Elle met en avant six grands acteurs, qui forment son acronyme : Politique,
Économique, Socioculturel, Technologique, Écologique et Légal.

Dans le cadre d’une démarche stratégique, cet outil est utilisé conjointement avec
le SWOT pour évaluer les effets macro environnementaux sur l’entreprise.

Le résumé opérationnel, enfin, fournit un bref aperçu du but et des objectifs d’un projet.
Au-delà de ces notions, les participants ont été édifiés sur l’élaboration des stratégies ainsi que des budgets dont on dira qu’ils peuvent être Top-down (émanant de la hiérarchie) ou Bottom-up (des services vers la hiérarchie).

Au terme de la formation, clôturée par le représentant du directeur du CENADI, M. MGBE IYAWA Marc, Chef de Centre Informatique de Douala, les participants ont exprimé leur satisfaction, leur remerciement à l’endroit de la hiérarchie et souhaité que pareilles initiatives se perpétuent dans d’autres domaines incluant d’autres collègues.

les certifications sont un préalable

Le personnel du CENADI à l’école des technologies sur le système Z/OS

Le CENADI est la seule institution de l’Afrique Centrale qui possède un serveur z14 ZR1. Son personnel doit donc être aguerri aux technologies sur le système z/OS. Une trentaine de participants a ainsi pris part du 11 au 15 juillet à l’immeuble de la Solidarité (CREMINCAM) sis au quartier Messa à Yaoundé, au séminaire de formation y relatif.

 En ouvrant les travaux, Madame le Directeur, en sa qualité de représentante du Secrétaire Général du Ministère des Finances, a précisé que ledit séminaire s’inscrit dans la continuité de la formation organisée quelques jours auparavant (du 07 au 13 juin 2022, à l’hôtel DAJOLL de Mbankomo) sur le Système de Gestion de Bases des Données (SGBD), IDEAL/DATACOM.

une vue des participants

L’objectif poursuivi étant de sensibiliser le personnel à s’engager résolument dans les certifications dans l’un des domaines du mainframe (systèmes,  réseaux, gestion des projets, sécurité,…) car a souligné Mme le Directeur, l’accès aux équipements IBM nécessite au préalable une certification éponyme.

Une interpellation à la formation continue au regard de l’évolution technologique et des défis sans cesse croissants à relever. Le CENADI qui se positionne aujourd’hui entre autres comme l’Hébergeur des applications critiques de l’Etat a besoin d’un personnel hautement compétitif.

Le Ministère des Finances à travers la Commission des Bourses et des Stages (CBS) présidée par le Secrétaire Général de ce département ministériel,  a-t-elle poursuivit, encourage toutes les initiatives visant à développer, à booster les compétences du personnel à l’instar de cette formation sur les technologies Z/OS dont les experts a relevé Mme le Directeur  s’accordent à dire qu’elles peuvent « transformer le portefeuille d’applications et de données d’une entreprise avec des fonctionnalités innovantes de confidentialité des données, de sécurité et de cyber-résilience ».

Communion avec les participants

Pendant cinq jours, les experts Joseph, Hermann BILONG et BELLO Fils Bertrand, personnel CENADI et certifiés IBM, ont délivré des communications portant entre autre sur  la « présentation de l’infrastructure Z du CENADI et démo », les « généralités du système z/OS » ; les procédures pratiques de démarrage du système, l’installation des applications et le JES 2 ;  les sous-systèmes Time Sharing Open (TSO)/ Interactive System Productivity Facility (ISPF) et le System Display and Search Facility (SDSF) ; les sous-systèmes VTAM et JCL ainsi que sur les notions de Job Control Language (JCL) et de sysplex.

Au terme de la formation, les experts ont conseillé aux participants de continuer à se documenter afin de bien comprendre l’architecture du z/OS mais aussi et surtout de faire des certifications.

A l'ouverture de la formation

CENADI: Le personnel formé sur la gestion des bases de données DATACOM

Le Centre National de Développement de l’Informatique (CENADI), a organisé du 07 au 13 juin 2022, à l’hôtel DAJOLL de Mbankomo, un séminaire de formation sur le thème «  Le Système de Gestion des Bases de données DATACOM ».  

           Au total 30 cadres et ingénieurs informaticiens, venus des services centraux et déconcentrés (Centres Informatiques de Douala, Garoua et Bafoussam), ont pris part à cette formation.

  Ladite formation avait pour objectif global de donner aux participants les principes de bases de CA-IDEAL et CA-DATACOM qui sont le langage de programmation et le SGBD du système ANTILOPE  qui gère la solde de l’Etat du Cameroun. 

          De manière spécifique, il s’est agi d’aborder les fondamentaux du langage CA-IDEAL et l’administration du SGBD CA-DATACOM, et aussi les outils pour la maintenance de l’application ANTILOPE.

           La représentante de Mme le Directeur du CENADI empêchée, Mme Rose Virginie ABADA MENDOUGA, Chef de la Division de l’Informatique Appliquée à la Recherche et à l’Enseignement (DIRE), a indiqué dans son mot de bienvenue que « cette formation s’inscrit dans le cadre d’un vaste programme de renforcement de capacité du personnel engagé par le CENADI sur l’administration des systèmes mainframes. Lesquels exigent des compétences rares et coûteuses ». Avec un personnel de plus en plus jeune, et non aguerri sur les architectures de type mainframe, ledit séminaire, proposé par le service de la formation du CENADI et validé par le Ministre des Finances, a eu une phase théorique et une phase pratique.

          Dans son mot d’ouverture, le représentant du Directeur des Ressources Humaines du Ministère des Finances, Vice-président de la Commission des Bourses et des Stages (CBS), M. Roger BOMBA ANYA a tenu à rappeler que « la formation fût elle continue est une composante naturelle essentielle, un enjeu stratégique, au même titre que les relations sociales, la rémunération ou le développement des talents, auquel il est souvent associé ».  Celle que vous vous apprêtez à recevoir a-t-il poursuivit « a été conçue sur mesure et dispensée par non seulement des experts expérimentés sur lesdites plateformes mais aussi et surtout certifiés IBM ».

     Pendant la phase théorique, les experts Lucas KAPJIO, Expert IDEAL/DATACOM ; Paule Adrienne ABANDA AJOMO, Expert CBS, certifiée IBM et Janvier TADJO, certifié IBM, se sont relayés pour aborder les généralités sur le SGBD DATACOM ; l’architecture de DATACOM ; l’administration du SGBD CA DATACOM ; l’utilité des bibliothèques, des zones de contrôle, des bases de données, de zone d’index, de zone de données et de fichier de contrôle ; les notions d’éléments et de clés ; l’aperçu des notions de Maintenance, de connectivité et de sécurité ; les fondamentaux des langages CA IDEAL ; les mots clés et commandes du langage.

La phase théorique quant à elle a permis aux participants entre autres de s’exercer à la création d’un programme IDEAL et à son exécution; à l’utilisation des objets de la base de données DATACOM ; la création d’Ecrans et le langage des procédures pour leur manipulation; la création des états ; la modification des statuts ; les principes de modifications  et les commandes de ligne.

Des participants imprégnés

Au terme de ce séminaire de formation, Mme le Directeur, le Dr MVEH Chantal Marguerite, tout en remerciant la hiérarchie, les experts et les participants, a indiqué que le caractère inclusif de cette formation avait pour ambition de rendre tous les participants opérationnels où qu’ils soient. Surtout que dans sa vision du CENADI a-t-elle martelé « nul n’est indispensable!». En émettant le vœu que les notions apprises au cours de cette formation soient approfondies personnellement dans un contexte où le CENADI se positionne désormais comme l’hébergeur des applications critiques de l’Etat, Mme le Directeur a précisé que dans la continuité de cette formation, il sera procédé dans un futur proche à la sélection des candidats aux formations certifiantes auprès de la Z Académie débutée avec SYSPERTEC France et Collège de Paris Formation.

Les perspectives après la formation

Dans le même ordre d’idées, les participants ont suggéré que la hiérarchie multiplie ce genre d’initiatives notamment en ce qui concerne : le système Mainframe ; les Certifications IBM ; Huawei Certified ICT Associate (HCIA-DATACOM) (installation, configuration et manipulation) ; Huawei Certified ICT Expert (routage et switchs Réseau) ; Huawei Certified HNA (configuration et maintenance des réseaux de petite et moyenne taille) etc.

En prêtant une oreille attentive à ces doléances, Mme le Directeur a promis d’y apporter des solutions en fonction de la pertinence des unes et des autres, mais aussi et surtout en fonction des moyens disponibles.